Eglise catholique de Haute-Marne
https://52.catholique.fr/Pelerinage-marial-Jour-4?lang=fr
      Pèlerinage marial - Jour 4

Pèlerinage marial - Jour 4

mercredi 29 juillet 2020

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Jour 4 : mercredi 29 juillet 2020

Dans le doyenné Sud, à la Chapelle de Notre-Dame des Bois entre Chalindrey et Grenant :


09h30 : Accueil sur le site
10h00 : Célébration pénitentielle
11h00 : Eucharistie présidée par notre évêque
12h00 : Pique-nique
13h30 : Témoignages de diverses manières de vivre sa foi
14h45 : Célébration Mariale
Une animation sera prévue pour les enfants.


10h - DIRECT messe à la Grotte


VIDEO : Près de Sainte Bernadette, prier Marie avec l’Eglise dans la Communion des saints


AVEC BERNADETTE,

« ETRE DISCIPLE DU CHRIST »

Bernadette est un témoin, elle transmet le message reçu de la Vierge Marie.
Cf. 1Jn 1, 1-4.

Plus qu’une transmission d’un message oral, elle témoigne de la présence qui l’habite : elle ne transmet pas un dogme de l’Église mais une personne.
Elle ne transmet pas ce qu’elle comprend de cette personne, mais la joie profonde et vraie que cette rencontre suscite en elle.
Elle nous appelle à être nous aussi « disciple-missionnaire » (cf. François, EG 120)


Méditation du Père Grégory Vallon,
prêtre accompagnateur de l’hospitalité de Langres

Première disciple de Jésus, Marie est pédagogue. Elle tient compte à la fois de la réalité humaine de Bernadette et du message qu’elle veut lui transmettre. Le dialogue qu’elle noue avec elle est progressif mais, en même temps, il ouvre Bernadette à une autre réalité, marquant simultanément une continuité et une rupture. Elle lui dit « vous », elle fait montre d’une politesse toute de délicatesse, elle prend le risque de la liberté. Elle attend une réponse, aussi importante pour elle que pour Bernadette, puisque la parole de Bernadette les engagera et l’une et l’autre.

La demande de Marie se situe au niveau de la confiance. En effet, elle ne donne aucun détail, aucun programme et elle-même ne s’engage pas à venir au rendez-vous qu’elle propose. Comment ne pas penser à l’appel d’Abraham, le père des croyants, à qui le Seigneur avait seulement dit : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père pour le pays que je t’indiquerai » (Genèse 12, 1). Abraham partit ; comme le Seigneur lui avait dit (Genèse 12, 4). Cette parole s’explicite dans l’Évangile par l’appel que Jésus adresse aux premiers disciples : « Venez et voyez » (Jean 1, 39). Il s’agit donc d’entrer dans une relation de confiance qui caractérise celle du disciple et qui est le préalable à l’expérience de la foi.

Ce qui est demandé à Bernadette n’est pas difficile mais exige une mise en pratique pour en comprendre la teneur. En effet, il s’agit de quelque chose de simple mais de mystérieux, qui ne pourra s’accomplir que dans une réponse positive.
Pour nous-mêmes, les appels du Seigneur s’adressent toujours à notre liberté. Ils nécessitent donc une réponse de notre part, exprimant concrètement notre choix. Notre réponse nous fait alors entrer dans le projet de Dieu et de la grâce qu’il nous donne pour mener à bien notre choix.

Comme pour Bernadette, notre projet s’inscrit dans un lieu et dans une durée précise, qu’il s’agisse du mariage, du célibat, de la vie religieuse, du sacerdoce. En répondant à l’un ou l’autre de ces appels, chacun reçoit la grâce nécessaire, parfois concrétisée dans un sacrement, pour lui permettre de mener à bien son projet jusqu’à sa pleine réalisation en harmonie avec celui de Dieu.

Lorsqu’un chrétien fait don de sa vie, il entre, comme Bernadette, dans la joie d’un autre monde. Il goûte alors le Royaume des cieux que Jésus présente dans l’Évangile à travers des paraboles concernant toujours quelque chose d’essentiel qui est de l’ordre de l’amour et sans lequel tout le reste est vain.

Bernadette est sainte non pas parce qu’elle a été religieuse mais parce qu’elle a beaucoup aimé, et avec exigence, et avec persévérance. « Ma bonne Mère, donnez-moi un cœur tout brûlant pour Jésus » ’’3 Carnet de note intimes, 1874’’
Bernadette nous donne cet exemple d’être disciple d’aujourd’hui du Christ. Etre proche de tous, malades, personnes en situation d’handicap, adultes, enfants, pauvres, riches… De nous regarder avec le regard même du Christ celui qui ne juge pas, qui ne condamne pas mais qui nous tend les bras grand ouvert pour nous accueillir telle que nous sommes et nous redire tu as du prix à mes yeux et je t’aime.

Alors oui nous ne pouvons pas nous rendre à Lourdes cette année pour refaire « notre piqure de rappel » mais à l’exemple de Bernadette qui à Nevers faisait tous les jours un pèlerinage spirituel : « Tous les jours je vais en esprit à la Grotte. J’y fais mon pèlerinage. » Alors oui prenons donc exemple sur elle.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ma paroisse en un clic


Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Nouvelles du Vatican