Eglise catholique de Haute-Marne
https://52.catholique.fr/Pape-Francois-nous-sommes-un-peuple-qui-a-une-Mere-pas-des-orphelins
      Pape François : « nous sommes un peuple qui a une Mère, pas des orphelins (...)

Pape François : « nous sommes un peuple qui a une Mère, pas des orphelins »

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

VIDEO - Le Pape François a présidé ce dimanche 1er janvier 2017 la messe en la solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu, en la basilique Saint-Pierre.


Dans son homélie, il a rappelé le sens de cette fête le premier jour de la nouvelle année. « Célébrer la maternité de Marie comme Mère de Dieu et notre mère au début d’une année nouvelle signifie rappeler une certitude qui accompagnera nos journées : nous sommes un peuple qui a une Mère, nous ne sommes pas des orphelins. »
Le Pape souligne qu’« au moment du don le plus grand de sa vie », c’est Jésus lui-même, sur la croix, qui dit à Marie : « voici ton fils, voici tes fils ». D’ailleurs Marie n’apparaît pas dans les Évangiles comme une femme qui fait de « grands discours » mais qui accompagne « les croix portées dans le silence du cœur de ses enfants », note le Saint-Père. « En Marie, non seulement le Verbe éternel s’est fait chair, mais il a appris à reconnaitre la tendresse maternelle de Dieu. » La maternité de Dieu nous enseigne que cette tendresse, avec l’humilité, « ne sont pas les vertus des faibles mais des forts ».

Les mères : « antidote le plus fort contre nos tendances individualistes »

Mais François souligne avoir aussi « beaucoup appris » des mères « qui donnent littéralement leur vie pour qu’aucun de leurs enfants ne se perde ». Il cite celles qui, « ayant les enfants en prison ou prostrés sur un lit d’hôpital, ou soumis à l’esclavage de la drogue, qu’il fasse froid ou chaud, qu’il pleuve ou dans la sécheresse, ne se rendent pas et continuent à lutter pour leur donner le meilleur ». Il n’oublie pas non plus celles « qui, dans les camps de réfugiés, ou même en pleine guerre, réussissent à embrasser et à soutenir sans faiblir la souffrance de leurs enfants. »
Ainsi, elles sont « l’antidote le plus fort contre nos tendances individualistes et égoïstes » puisque « là où se trouve la mère, se trouvent aussi unité, appartenance, appartenance de fils ». Elle nous protège de la maladie d’être « orphelin spirituel », « un cancer qui use et dégrade l’âme silencieusement ».

Retrouver la mémoire d’être des fils

« Être orphelin spirituel, poursuit le Pape, nous fait perdre la mémoire de ce que signifie être fils, être petits-fils, être parents, être grands-parents, être amis, être croyants ; nous fait perdre la mémoire de la valeur du jeu, du chant, du rire, du repos, de la gratuité. » Cette condition nous conduit à dégrader la Terre et les autres en pensant qu’ils ne nous appartiennent pas, mais aussi à dégrader Dieu et nous-même, en oubliant « qui nous sommes, quel "nom" divin nous portons ».
Au contraire célébrer Marie « nous rappelle que nous ne sommes pas des marchandises d’échange ou des terminaux récepteurs d’informations » mais « des fils », « une famille », un « Peuple de Dieu ». Le Pape invite alors chacun à croiser le regard maternel de Marie « qui nous empêche d’être orphelins ; qui nous rappelle que nous sommes frères : que je t’appartiens, que tu m’appartiens, que nous sommes de la même chair ».

Source et info Radio Vatican - (JDVLT)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ma paroisse en un clic


Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Nouvelles du Vatican