Eglise catholique de Haute-Marne
https://52.catholique.fr/Edito-de-l-eveque-Decembre-2018
        Edito de l’évêque - Avril 2019

Edito de l’évêque - Avril 2019

« Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra »


Résurrection

Nous n’aurons jamais fini de comprendre ce que signifie le mystère de Pâques. Il y a une sorte de folie à oser dire que la mort n’a pas le dernier mot, quand l’expérience première s’impose à nous sur la radicalité de celle-ci. « Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra » affirme Jésus (Jn 11, 25). La mort, en Jésus-Christ, devient un passage vers la Vie divine, celle qui ne connaît « ni corruption, ni souillure, ni flétrissement » (1 Pi 1, 4). Elle n’est pas réservée au seul Seigneur, il y a deux mille ans, elle est ouverte à tous ceux qui, aujourd’hui, par le baptême, sont plongés dans le mystère pascal.

Car la mort fait son œuvre en nous dès notre naissance : les maladies, les blessures physiques ou morales, les impasses dans lesquelles nous nous trouvons au plan familial, professionnel, social, en sont autant de signes. Mais la vie fait aussi son œuvre en nous ! L’espérance de Pâques nous permet de reconstruire sans cesse. La résilience qu’entraîne la foi n’est pas dans l’enfouissement au plus profond de nous-mêmes des blessures et des échecs, mais dans la considération de celles du Christ : « Par ses blessures, nous sommes guéris » (1 Pi 2, 25) car Il en fait le lieu du don de Lui-même.

Récemment, des victimes d’actes terribles ont appelé l’Eglise à ne pas jeter un voile pudique sur leur détresse et sur la perversité de leurs agresseurs. « Tu extirperas le mal du milieu de toi » est-il recommandé à Moïse (Dt 17, 7). Si l’Eglise se sait « à la fois sainte et toujours à purifier » comme le dit le Concile Vatican II (Décret sur l’Eglise – 21 novembre 1964 – n° 8), elle a sans cesse à lutter pour laisser le Christ opérer cette purification ; le péché de quelques-uns entache la vie de l’ensemble du Corps, mais « là où le péché a abondé, la grâce a surabondé » (Rm 5, 20).

Vivons dans cet élan, accompagnés par le témoignage de tant d’hommes et de femmes parvenus à la sainteté, c’est-à-dire à la plénitude de l’amour qui « excuse tout, espère tout, supporte tout » ( 1 Co 13, 7).

Votre évêque
+ Joseph de Metz-Noblat
Officiel
A compter du 1er mars, la contribution mensuelle des prêtres pour le logement est portée à 60.00 € ; le traitement des prêtres retirés du ministère est aligné sur celui des prêtres en activité, selon les barèmes établis par la Conférence des Evêques de France.
+ J. de Metz-Noblat, évêque de Langres
B. Auvigne, chancelier

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ma paroisse en un clic


Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Nouvelles du Vatican