Eglise catholique de Haute-Marne
https://52.catholique.fr/4-nouveaux-diacres-pour-le-diocese?lang=fr
      4 nouveaux diacres pour le diocèse

4 nouveaux diacres pour le diocèse

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Ordonnés le 23 juin 2019 en l’église de Joinville, voici un retour en images de l’événements et une présentation de chacun des diacres.


B

Martin Doherty

Né le 26 juin 1986 à la maternité de Vitry le François, Martin Doherty est le cinquième enfant d’une fratrie de six. Baptisé le 15 août 1986 à l’église St Martin de la Noue par l’abbé Pierre Leseur, église où il servira la Messe et où il fera sa première communion, Martin grandit dans la cité bragarde. Il étudie à l’école primaire Assomption, puis au collège et au lycée de l’Estic, en menant en parallèle un apprentissage de la musique auprès de son père musicien et des professeurs de l’école de musique. Après son baccalauréat littéraire, Martin étudie les lettres en Hypokhâgne à Reims, avant de réussir le concours de Sciences Po Paris. Il se spécialisera dans un cursus franco-allemand à Nancy, puis Berlin pour son année Erasmus avant de revenir finir ses études à Paris dans un master de Ressources Humaines. Au cours de sa dernière année d’études qui est également une année où Martin travaille comme salarié en apprentissage pour l’entreprise DCNS, devenue depuis Naval Group, la question de la vocation sacerdotale se pose de façon plus accrue.
Heureux dans son travail, Martin ressent dans son cœur le désir de servir Dieu. Il rentre au séminaire de Paris en 2010 et commence par une année de propédeutique. En 2011, il commence ses études de philosophie avant de poursuivre en 2013 par la théologie. Les années passant, Martin affermit son humanité, puis se pose des questions sur le lieu où Dieu l’appelle à le servir. Il décide de se rendre dans un diocèse plus rural, mais avec une forte dimension urbaine, Bayonne, en lien avec la paroisse St Pierre Moncade d’Orthez dans le Béarn des Gaves, à proximité de Lourdes. Heureux de son choix, Martin est néanmoins interpellé sur ses racines haut-marnaises par un prêtre âgé, l’abbé Emile Fourgerolles. Celui-ci lui fait constater le manque de prêtres. Martin se sent interpellé sur ses racines haut-marnaises, la foi qu’il a reçue des différents prêtres de St Dizier, ainsi que le premier appel de Dieu vécu lors d’une messe à La Noue. Ce sera alors le retour en Haute-Marne. Depuis septembre 2017, Martin est accueilli à la paroisse Bienheureux Nicolas Colin de Fayl-Billot.

B

Jean Marie Laillet

"Né à Verdun dans la Meuse en 1962, j’ai suivi un enseignement en établissements catholiques dans cette même ville jusqu’au baccalauréat. J’ai ensuite suivi une formation en école de métiers d’EDF à la suite de laquelle j’ai été nommé successivement à Ligny en Barrois, Commercy et Joinville en 1989. J’ai terminé ma carrière à Saint-Dizier comme responsable du pôle comptages et mesures d’Enedis pour la Haute-Marne et quelques secteurs limitrophes au nord du département.
Mon éducation catholique et une famille croyante sont bien sur à l’origine de la Foi chrétienne qui a suivi toute ma vie jusqu’à présent, avec des moments de doute, c’est certain et normal, mais sans jamais vraiment perdre l’espérance. La vie professionnelle a accaparé beaucoup de mon temps mais j’avais dans l’idée que dès lors que je m’approcherai de la retraite je donnerai plus de ce temps à l’Eglise, en rendant service à la paroisse par exemple.
Le décès du dernier de mes parents en 2006 a décidé de mon implantation à Joinville où j’ai acheté une maison et où je me suis mis à fréquenter les célébrations, car jusqu’alors c’était à Verdun que je pratiquais. C’est au travers de rencontres avec le Père Pascal Leseur qu’a commencé mon engagement par de simples services rendus puis par mon insertion dans l’équipe de coordination paroissiale. Parallèlement à ces activités plusieurs formations m’ont été proposées comme le parcours « Thimotée » et les « Chemins d’Emmaüs ». Ces parcours m’ont permis de redécouvrir et d’approfondir ma Foi et mes connaissances. L’appel au diaconat a été une surprise mais toutefois je ne pouvais nier qu’il était en accord avec le souhait de servir qui avait motivé mes précédentes implications. J’ai donc décidé de répondre à cet appel et de suivre le chemin qui m’était proposé."

B

François Pascal

"J’ai 51 ans, marié à Isabelle, nous avons cinq enfants âgés de 9 à 18 ans. Ma famille est haut-marnaise depuis plus de cinq cent ans, mais les obligations professionnelles m’ont fait parcourir la France jusqu’à mon retour définitif à Langres en 2012.
J’ai une formation d’ingénieur agricole que j’ai exercé dans le domaine de l’écologie, avant de me reconvertir dans une activité libérale de développement informatique, domaine qui m’a toujours passionné. Depuis 1999, je suis courtier en assurances dans une entreprise individuelle à vocation sociale et éthique. Nous proposons des produits d’assurance ordinaires (santé, auto, habitation ...) mais les bénéfices de cette activité sont reversés à des associations caritatives aidant des femmes en situation de détresse du fait d’une grossesse malvenue.
Ma réponse au diaconat est la suite logique de cet engagement de longue date. De tout temps, l’Église a œuvré au service des plus faibles et du bien commun : rachat d’esclaves, hôtels-Dieu, universités, instruction dans les campagnes… Au service des corps et des intelligences, l’Église associe un troisième service qui est celui des âmes. Aider financièrement des femmes à donner la vie, aider par l’éducation mes enfants à s’éveiller à la dimension d’homme, aider l’homme à reconnaître et à participer à l’amour qui vient de Dieu : tout cela ne fait qu’un, c’est pour moi une signification fondamentale de mon engagement dans ce nouveau service. L’amour s’oppose à la loi du plus fort ; la civilisation se mesure à l’attention qu’elle porte aux plus faibles. Si je devais choisir une devise résumant mon engagement, ce serait "Agena !", un terme grec tiré d’une lettre de Saint Paul : Ce qu’il y a de faible, ce qui est sans naissance, sans valeur, voilà ce que Dieu à choisi."

B

Thomas Zambaux

"43 ans et célibataire, né d’une famille catholique et engagée en Eglise, j’ai été bercé dès mon plus jeune âge dans la vie de la communauté paroissiale. Je suis l’ainé de deux enfants. A l’âge de 2 ans et demie, j’ai été victime d’un accident cérébrale, de ce fait je porte un handicap du coté gauche. Je rends grâce à Dieu et à sa Sainte Mère, de m’avoir aidé à porter cette écharde qui est pour moi un avantage, pour aller vers les souffrants et les plus pauvres. Habitant à Montier en Der et y étant originaire, je travaille à temps partiel à la maison de la presse de ce même bourg. Je suis investi en Eglise dans le journal du secteur paroissial, le groupe Alpha, le catéchuménat et une pastorale qui me tient à cœur et que je nomme « la pastorale des bistrots » qui est le fait d’aller aux périphéries de notre monde…
La Sainte Vierge m’accompagne depuis ma plus tendre enfance. C’est vers l’âge de 7 ans que j’ai exprimé à mes parents le désir de suivre le Christ ressuscité. J’ai cherché comment je pourrais le servir en étant à l’époque encadré par plusieurs mouvements (aumônerie, MEJ, SDV et autres rassemblements comme les JMJ). Pendant de longues années, j’ai fréquenté des abbayes régulièrement qui ont nourri mon cheminement et c’est en 2013 que l’on m’a appelé au diaconat."

B

En savoir plus

Revivez toute la cérémonie de l’ordination en l’écoutant grâce à RCF :

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ma paroisse en un clic


Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Nouvelles du Vatican