Eglise catholique de Haute-Marne
http://52.catholique.fr/25-novembre-Memoire
        25 novembre : Mémoire

25 novembre : Mémoire

Voix de la Haute-Marne

« Regard chrétien sur l’actualité »

de Mgr Joseph de Metz-Noblat

le vendredi 25 novembre 2016 :

"Mémoire"


Le mois de novembre est marqué par les célébrations commémoratives des différentes guerres qui ont marqué notre pays, et plus particulièrement de celle appelée la « Grande Guerre, » qui eut lieu il y a cent ans : déluge de feu et de violence, dont chaque famille paya lourdement le tribut. Dans de nombreuses communes, on a eu l’heureuse initiative d’associer activement des enfants aux manifestations devant le monument aux morts, pour éviter qu’ils ne deviennent totalement étrangers à leur propre histoire. Déposer une gerbe, chanter l’hymne national, permet d’entrer dans la compréhension du sacrifice de nos aînés. Mais est-ce suffisant ? Le philosophe Fabrice Hadjadj écrivait il y a quelques années, dans un ouvrage intitulé Le paradis à la porte : « A dire vrai, le devoir de mémoire n’est qu’un spectacle, s’il ne s’accompagne pas du commandement de l’espérance. » Car la reconnaissance de la Nation envers ses membres, qui perdirent la vie pour que leurs enfants la conservent, ne peut se figer en un simple regard sur le passé. Les atrocités d’hier nous ramènent à celles d’aujourd’hui : tant de conflits viennent défigurer le monde et détruire l’humanité ! D’une manière désabusée, nous pourrions douter de la nature humaine en n’en voyant que le côté sombre, ou, pire, exalter celui-ci comme étant le seul moteur vital, quand il contribue à la mort. Ce qui fait la grandeur des hommes n’est pas une perfection inflexible ou un courage inébranlable, mais leur capacité à reconnaître dans les épreuves une occasion de croissance et à considérer l’ennemi même comme capable du meilleur. Rudyard Kipling, dans son célèbre poème, dit avec raison : « Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Tu seras un homme, mon fils. » L’espérance du triomphe de la Vie, qui conduit à la miséricorde, s’enracine pour le chrétien dans la Résurrection du Christ. Les vitraux de la chapelle de l’Ossuaire de Douaumont l’expriment de manière judicieuse, en associant l’offrande du soldat à celle de Jésus. La mémoire devient alors ouverture.

+ Joseph de Metz-Noblat,
évêque de Langres

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ma paroisse en un clic


Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Nouvelles du Vatican